L’article d’aujourd’hui va vous dévoiler les étapes nécessaires à la fabrication d’un bracelet martelé grâce à la base de la bijouterie:

1 : DÉCOUPER

2 : LIMER

3 : LA SOUDURE

4 : LE DÉROCHÉ

5 : LA MISE EN FORME

6 : ÉMERISER

7 : MARTELER

8 : FINITION ET POLISSAGE


Première étape : La découpe

DÉCOUPER DES BANDES D’ARGENT POUR FAIRE UN BRACELET

La découpe est une étape de base de la bijouterie, pour débuter un bracelet nous devons découper une bande d’Argent. Pour cela on utilise le porte-scie qu’on appelle aussi Bocfil ou scie à repercer. On choisira ainsi une lame de scie adaptée à l’épaisseur du métal à découper.

On maintient le cadre du bocfil contre la cheville de l’établi, le manche calé contre le torse. La lame de scie doit être positionnée, d’une part dents vers soi et vers le bas dans les mors du bocfil, et d’autre part tendue à l’aide de la troisième vis en prenant appui sur l’établi.

La cheville sert de support pour l’ouvrage et de garde pour les doigts. Pour couper, on positionne la pièce sur la cheville et on la maintient fermement. On pratique ensuite une petite encoche à la lime pour que la lame de scie ait une accroche sur le bord. On scie vers l’établi avec un mouvement vers le bas sans forcer. La lame doit rester perpendiculaire à l’ouvrage.


Deuxième étape : Limer

LIMER LA BANDE D’ARGENT POUR FAIRE UN BRACELET

Le limage permet d’éliminer l’excédant de métal, de rectifier les formes et de corriger des imperfections. Il est une étape importante de la base de la bijouterie.

Par exemple, après le sciage il faut limer pour obtenir une découpe lisse et régulière, puis pour casser les angles.

Pour limer efficacement, il faut bien caler l’ouvrage contre la cheville et la maintenir fermement. Pousser la lime vers l’avant d’un mouvement long et régulier, en exerçant une légère pression.

Troisième étape : La soudure

SOUDER LA BANDE DU BRACELET POUR FORMER UN ANNEAU

La soudure est la technique la plus employée pour assembler plusieurs parties métalliques, elle est l’une des étapes les plus importante de la base de la bijouterie. Sous l’effet de la chaleur du chalumeau, la brasure (un métal d’apport) va fondre et créer un lien homogène entre les deux pièces de métal en s’y alliant.

Pour que la soudure soit uniforme, les pièces à souder doivent être parfaitement ajustées, propres et exemptes d’oxyde.

Ensuite pour empêcher la formation d’oxyde pendant la soudure, on recouvre la zone avec un flux décapant (ex: Borax). En chauffant, le reflux va fondre et former une pellicule vitreuse qui isolera la surface à souder de l’air ambiant.

La brasure est un alliage de métal très proche de l’alliage de l’ouvrage mais avec un point de fusion un peu plus bas.

Par ailleurs, pour procéder à la soudure, il est recommandé de chauffer uniformément l’ouvrage avant de concentrer la chaleur sur le joint à créer. En fondant, la brasure filera dans le joint et sera attirée vers la partie la plus chaude.

Une fois la soudure faite, on laisse refroidir l’ouvrage quelques secondes avant de le plonger dans l’eau.

Le bijou doit être ensuite déroché, rincé et séché avant de poursuivre le travail.

 

 

Quatrième étape : Le déroché

ENLEVER LA COUCHE D’OXYDATION DE L’ANNEAU D’ARGENT

Une  forte température et la flamme du chalumeau provoquent une oxydation de la surface du métal. Pour travailler le métal, il est important de se débarrasser de cette couche. Pour ce faire, on plonge le métal quelques minutes dans une solution décapante qu’on appelle le déroché. Le déroché a aussi pour fonction d’éliminer les résidus du flux utilisé pendant la soudure.

Le déroché est maintenu dans un récipient en pyrex et muni d’un couvercle. Pour être plus efficace, le déroché peut-être maintenu au chaud sur un chauffe plat. A la sortie du déroché, les ouvrages sont rincés à l’eau et, le cas échéant, neutralisés avec une solution forte de bicarbonate de sodium.

Cinquième étape: La mise en forme

FORMER LE BRACELET

La mise en forme est aussi une étape importante de la base de la bijouterie.

Fabriquer un bijou revient à créer un objet tridimensionnel fait d’un ou plusieurs éléments. Suivant le volume, la forme et la complexité de l’objet, il conviendra de choisir la méthode qui sera la plus économe en gestes et en métal.

On peut différencier quatre familles de techniques:

-Le sciage et l’usinage (créer une forme ou un volume en retirant de la matière, tourner, fraiser).

-La déformation (créer une forme d’un tenant à partir d’une plaque ou d’une tige de métal, laminer, tréfiler, forger, repousser, plier…).

-L’assemblage (créer une forme ou un volume à partir d’éléments différents, souder, riveter, sertir…).

-La fonte (créer une forme en coulant du métal en fusion dans un moule. 

Ces techniques sont souvent combinées pour obtenir le résultat voulu.

Dans le cas qui nous occupe, j’utilise la déformation grâce à un triboulet, afin de donner une belle forme arrondie à mon bracelet.

Sixième étape : Émeriser

ÉMERISER LE BRACELET

Le papier émeri est un papier abrasif que l’on utilise avant le polissage afin d’enlever les traces laissées par les limes et les marques d’outils. On commence avec du papier à grain fort pour effacer les plus grosses traces puis on passe à un grain plus fin.

Après avoir limé au niveau de la soudure, afin de lisser le joint, je passe le papier émeri sur toute la surface du bracelet du grain 400 au grain 1200 afin d’avoir un aspect bien lisse et sans rayure.

Septième étape : Marteler

LE TRAVAIL DE SURFACE DU BRACELET

Dans un but de créer une texture, une finition ou un motif, la surface du métal peut être travaillée selon différentes méthodes:

-Premièrement par retrait de matière (graver, buriner, fraiser, percer, ajourer, graver à l’acide…).

-Deuxièmement par ajout de matière (par soudure, par fusion, par revêtement et/ou altération chimique).

-Troisièmement par compression (marteler, poinçonner, estamper, ciseler-repousser, aviver-brunir, laminer).

Dans le cas du bracelet en question, j’ai utilisé la technique de martelage qui consiste à frapper le bijou avec un marteau.

Huitième étape : Finition et Polissage

RÉVÉLER LA BEAUTÉ DU BIJOU EN LE FAISANT BRILLER

Cette étape permet de faire briller le bijou. Elle doit être réalisée après un bon émerisage qui aura fait disparaître toutes les rayures. Pour cela on utilise un tour à polir ou un moteur suspendu (ex: dremel) muni d’une pièce à main, sur lesquels on fixe divers accessoires enduits de pâte à polir.

On peut utiliser aussi un fil ou une fine bande de toile que l’on enduit de pâte à polir et que l’on fait glisser contre le métal. Très adaptés pour polir des recoins difficiles d’accès comme l’intérieur des ajours.

La pâte à polir est une base grasse chargée de poudres abrasives de dureté variée et plus ou moins fine.

Pour finir, les pâtes à polir sont grasses. Par conséquent pour bien nettoyer l’ouvrage, il faut utiliser une brosse douce, du détergent ainsi que de l’eau très chaude.

Alors avez vous aimé ce petit article, sur « les bases de la bijouterie » tout droit sortie de mon atelier?

Si vous êtes intéressés pour un atelier découverte, n’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations, car je propose régulièrement des ateliers création de bijou avec la technique de martelage.

Merci à tous,

Hélène Ferrand

in Praesent eget venenatis libero libero